FeaturedRapports

Note d’information: La controverse autour du vote électronique

En septembre 2017, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a annoncé qu’elle prévoyait d’utiliser des machines à voter pour les élections prévues le 23 décembre 2017. Cela a suscité la controverse et l’opposition farouche de nombreux membres de la société civile congolaise et de l’opposition.

Dans la première d’une série de notes d’information sur les élections, le Groupe d’étude sur le Congo publie une brève analyse des machines à voter. Alors que la CENI a déclaré que leur utilisation réduirait considérablement le coût élevé des élections, nous constatons que:

  • L’utilisation de machines à voter pourrait provoquer un chaos le jour des élections en raison de la possibilité de pannes, d’un électorat qui n’a pas été éduqué sur l’utilisation des machines et du temps insuffisant alloué à chaque électeur;
  • Ensemble avec les récents changements apportés à la loi électorale, l’utilisation des machines à voter pourrait compromettre le secret du vote garanti par la constitution congolaise;
  • Le manque de transparence en ce qui concerne l’achat des machines, le manque de tests rigoureux des machines et l’absence d’une tierce partie impartiale pour surveiller l’utilisation des machines ont ébranlé la confiance du public dans la commission électorale.

Un seul autre pays d’Afrique a utilisé des machines similaires – la Namibie, dont l’électorat est à 3% de celui du Congo, et où la commission électorale a investi beaucoup de temps pour tester les machines et éduquer la population. D’autres expériences suggèrent que, pour éviter les controverses et les problèmes logistiques, les machines à voter devraient être introduites progressivement, à travers des élections avec des faibles enjeux, avant d’être utilisées pour les élections nationales.

Même si le budget électoral est extrêmement élevé et que l’utilisation des bulletins de vote en papier pose des problèmes, la manière dont les machines à voter ont été introduites a miné un processus électoral déjà controversé.

Vous pouvez accéder au rapport entier ici.